Auch. Dans le Gers, un homme relaxé pour corruption de mineur mais condamné pour violences


24 Jan
24Jan

"On assiste à une affaire dans laquelle le dialogue entre un père et sa fille est totalement rompu depuis plusieurs années, depuis le divorce" F. Roujou de Boubée

Le prévenu, 49 ans, comparait pour violence, corruption de mineur et violence avec usage ou menace d’une arme, entre 2005 et 2016 sur sa fille, âgée aujourd’hui de 18 ans.Les violences reprochées sont physiques et psychologiques. Le prévenu assure, lui, qu’il a toujours voulu pousser sa fille à réussir : "Vous ne trouvez pas ça violent et anormal de la traiter de "conne" quand elle ne réussissait pas ?", demande le tribunal. "Si vous considérez que les mots comme "conne" sont humiliants, alors oui je l’ai rabaissée", répond le prévenu, qui a également reconnu dans la procédure lui avoir donné "au maximum une dizaine de claques et lui avoir tiré les cheveux une fois".

Menacées à la carabine

Par contre, pour les violences avec arme, il réfute, alors que sa fille et son ex-compagne détaillent une scène où il les aurait menacées avec une carabine. "Je ne vois pas pourquoi j’aurai fait ça, se défend le prévenu. Je suis impulsif mais pas violent. Mes relations avec ma fille étaient bonnes jusqu’au divorce, même s’il y avait des tensions de temps en temps".Le tribunal s’intéresse ensuite au chef d’accusation de corruption de mineur. La jeune femme raconte que son "père se masturbait dans la salle de bain, pendant qu’[elle] prenait [son] bain, et dans le salon quand [elle] regardait les dessins animés." Ce que le père conteste : "Je me masturbais dans ma chambre, quand elle dormait. Elle m’a peut-être vu deux ou trois fois, parce que toutes les portes restaient toujours ouvertes dans la maison." Face à cette réponse, le tribunal s’étonne : "Qu’elle vous surprenne une fois, c’est problématique. Mais pourquoi ne faites-vous pas en sorte que cela ne se reproduise pas ?".

"Faits inadmissibles"

Un comportement que dénoncent aussi la partie civile et le ministère public. Pourtant, le parquet requiert la relaxe pour la corruption de mineur : "Pour que les faits soient caractérisés, il faut que les agissements sexuels cherchent volontairement à pervertir et à éveiller les pulsions des mineurs. Ce que l’on ne peut pas démontrer dans ce cas, même si les faits sont inadmissibles." Une position soutenue par la défense, qui reconnaît les violences sans arme.Finalement, le tribunal relaxe le prévenu pour corruption de mineur mais le condamne pour les violences, sur la période non-prescrite de 2014 à 2016. Le père écope donc d’une peine de 12 mois de prison avec sursis probatoire. Dans le cadre de cette sanction, le prévenu devra suivre des soins et régler 2 000 € à sa fille pour préjudice moral.

https://www.ladepeche.fr/2021/01/24/relaxe-pour-corruption-de-mineur-mais-condamne-pour-violences-9330179.php

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.